• AriEL et Pô après une nuit plutôt strange... (11-04-2004)

    "En l'honneur de la majorité de ma p'tite Pô je commence ce petit blog,
    un blog de déesses ( il fallait bien ça! ) ze tm 'tite Pôpô !!"

    Bon, pas très original, je vous l'accorde...mais bon, ça venait du coeur !

    ---et puis c'est une photo de DS....:p


    5 commentaires



  • (23-09-2004)

    (23-09-2004)
    Coeurs de donjon...



    Etendue et lascive
    En vestale émotive
    Elle se blottit au creux
    De l'Elu de ses voeux...

    Sur la peau claire et blanche
    De l'épaule sans manche
    Une constellation
    D'étoiles au diapason...

    Son sourire est gravé
    Mais ses yeux sont lavés
    Elle semble heureuse, émue
    Mais en pleurs éperdus...

    Sur la mer de ses seins
    En un souffle divin
    Se posent enfin des lêvres
    Conque nacrée sur grêve...

    Sous les yeux de leurs Maîtres
    Elles laissent l'émotion naître
    Découvert corps de l'une
    Et douceur à chacune...

    Sujets de leurs Seigneurs
    S'abandonnent au bonheur
    La tendresse jouxte alors
    Les liens de leurs Mentors...

    Ce n'était que prémices
    Vers bien d'autres délices
    Demain sera garant
    D'abandon conquérant...

    6 commentaires
  • J'ai crée ce blogg parce-qu'aujourd'hui notre monde part en vrille, parce-qu'aujourd'hui seule la voix de quelques puissants dirige notre monde, parce-qu'aujourd'hui nous sommes 6 milliards sur notre monde parce-qu'aujourd'hui je fais partie de ces 6 milliards là parce-qu'aujourd'hui j'ai voulu faire moi aussi entendre ma voix un tout petit peu plus fort que celles des autres parce-qu'aujourd'hui nous devons réagir parce-qu'aujourd'hui notre monde doit rester notre monde parce-que demain un notre monde est possible !

    vala mon premier poste sur blogglande (colline on est rebelz ou on ne l'est pas ;) )


    1 commentaire

  • Etre ou ne pas être... Pff... Quelle question! (24-03-2005)

    Ai longuement réfléchi avant de tapoter ces quelques mots (Si, si, je
    réfléchis.) Pourquoi chercher à communiquer avec des gens que je ne
    connais pas, alors que mes proches, je leur parle si peu ou du moins si
    peu de moi. Oui, je leur parle, je leur dis "passe moi l'sel" ou encore
    "tapavumonbouquin?" bref, on ECHANGE... Et on a l'impression de
    partager des choses, de COM-MU-NI-QUER, en se répondant
    par monosyllabes à longueur de journée...Brrr...

    Ouhhh, sympa cette première note, très accrocheuse, très optimiste! C'est bien comme ça que je vais attirer le chaland moi, hein? Ben, je vais vous
    dire...m'en fous. Pas décidée dès aujourd'hui à vendre ce que je pense
    pour faire plaisir, être lisible et "gentille". Non, ce sera pour une
    autre fois que je vous verrai accrochés aux barreaux d'une grille,
    hurlant "xxxxx!!!" à pleins poumons, pendus que vous êtes à ce
    que j'écris... Ca fait même pas envie. J'écris par besoin, par
    nécessité, même pas cap' de me taire. Et ce qu'il y a de bien dans tout
    ça, c'est que ne suis pas tenue à une quelconque obligation de
    réussite,noOon... que nenni! Si tout ceci ne vous plait pas, je ne vous
    retiens pas...

    Je vous rassure, malgré tout, je ne tiens pas à
    vous faire partager chaque jour mes idées sombres. J'ai d'autres
    centres d'intérêt (oui, m'ssieurs-dames!) Tiens, le premier, par
    exemple? "xxx"

    NDLR : "xxx" parce que trop facile sinon :)


    6 commentaires

  • Mon premier post sur mon blog...Il n'y a pas de hasard. Aujourd'hui plus que jamais il me faut le publier.


    PENETRATION
    A Elav
    Je suis entrée tu me regardais déjà. J'ai aimé ça comme on aime un fruit défendu. Je suis venue comme on offre l'impossible - l'indicible sur mes lèvres tu l'as lu, et je t'ai regardé...
    Tu étais beau.

    Plus beau que le soleil ce jour-là et pour toujours.

    Tu étais là.

    Plus fort que les silences et les ornières du monde.
    J'ai eu mal des deux mondes qui nous séparaient, l'entaille tracée entre nos êtres séparés. J'ai souri et tu me regardais toujours.
    A toi inscrit sur ma peau nue un jour d'été, j'ai donné tout sans le savoir. En toi j'ai trouvé les mots et les étoiles pour t'écrire mais je ne t'ai pas écrit. Seule et sans toi, la nuit a effacé ton nom sur ma cheville.

    Au matin tes yeux me regardaient encore - de si loin que j'ai pas compris.
    A toi tous mes écrits et mes cris, mon sang versé en filet rouge sur mon corps qui a mal, à toi tous mes mondes renversés, sans savoir que toi seul avais une mappemonde...A toi l'âme encore chaude qui refuse d'expirer. A toi la nuit plus folle que tous les pires fantasmes.
    A toi mon corps brûlant contre ton corps qui tremble. A toi les étoiles d'or de mon cœur à ton cœur, à toi le ciel ouvert déchiré de lumière, à toi le fruit qui coule de mes lèvres ouvertes.
    A toi le matin nu après l'épuisement et ta terre entrouverte qui n'a plus de frontières.
    Encore ensommeillée de ton empreinte en moi, le soleil sans rien d'autre est entré dans la pièce...J'ai ouvert les yeux et je t'ai reconnu.
    Tu avances. Tu entres. Je te regarde me regarder, me prendre, me pénétrer de ton regard, comme je m'offre à toi seul. Doucement, dans la perversité innocente de nos sens, tu me déshabilles pour l'éternité.

    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique